Pages

21 septembre 2014

Pierre Ronsard

Vous le savez sans doute, la BnF a mis en vente un certain nombre de livres électroniques dans le cadre de sa filiale BnF-partenariats. Ceux-ci sont disponibles à moins de deux euros sur les grandes plate-formes d’achat, Fnac, Amazon, iTunes et j’en passe.

J’ai beaucoup d’interrogations sur le fait qu’une bibliothèque, dont la mission première est de donner accès à l’information, vende des ouvrages, qui plus est du domaine public. C’est une somme modique, me direz-vous, qu’importe, c’est une petite somme qui peut rebuter ceux qui sont les plus fragiles et à ce titre elle me pose problème. Relisez à ce sujet la remarquable tribune d’Hervé Le Crosnier et le billet d’Aldus, ainsi que le communiqué de Savoirs com1.

Les ouvrages publiés par BnF-partenariats sont tous issus d’oeuvres du domaine public. En parcourant la liste, j’ai repéré un volume d’Oeuvres choisies de Ronsard, qui est l’auteur sur lequel j’ai travaillé dans mes jeunes années. Difficile pour moi de résister à une nouvelle édition du poète vendômois, j’ai donc acheté l’epub Oeuvres choisies.

Le communiqué de la BnF s'ouvre ainsi "BnF-Partenariats, la filiale de la BnF, lance BnF collection ebooks, une collection de livres numériques de référence publiée en haute qualité éditoriale au format epub”. Il est dit aussi que les epub mis en ligne sont le "fruit d’un méticuleux travail de sélection".

Passons sur le fait que mon poète préféré ait perdu sa particule et s'appelle "Pierre Ronsard" en couverture et page de titre. La mise en ligne ne fait que commencer, j’imagine qu’on verra des améliorations très vite.

Rien dans les premières pages ne mentionne d’où proviennent les textes de Ronsard figurant dans le volume. Pour savoir de quelle édition il s’agit, il faut acheter l’epub, puis avoir la curiosité d’aller en dernière page où est reproduite la page de titre de l’édition originale. Le lecteur n'a donc aucune mention de l'édition originale s'il n'a pas une âme de chercheur ou de bibliothécaire. Dans le cas qui nous occupe, il s’agit d’une sélection de poèmes effectuée par Sainte-Beuve, que je trouve un peu datée pour faire découvrir le prince des poètes.

Comme je trouvais des bizarreries aux notes et aux commentaires des poèmes, j’ai fouillé pour trouver une version accessible de l’édition originale. Il y en a plusieurs sur la toile et même une sur Gallica. C’est avec cette dernière que j’ai pu faire une rapide comparaison entre l’epub et le papier.

Les préfaces ont été supprimées, empêchant de savoir d'où vient l'appareil critique contenu dans l'epub. En effet, l’édition de Sainte-Beuve a elle-même été revue par Louis Moland, qui a ajouté à son tour de nombreuses notes. De fait, certaines d’entre elles sont peu compréhensibles si l'on ne dispose pas de ces informations. Sainte-Beuve explique dans la préface qu’il a lui-même emprunté à d’autres pour ses notes critiques : “Dans les commentaires qui sont joints au texte, j'ai fait usage, pour toute la partie érudite, des anciens commentaires de Muret, Belleau, Richelet, Garnier, Marcassus.” L’ouvrage original s’ouvrait sur une section « Ronsard par lui-même », qui n’a pas été retenue dans l’epub. En fin de volume, l'Abrégé de l'art poetique françois, que Louis Moland avait ajouté, a disparu.

Il est extrêmement dommage, me semble-t-il, de désosser une édition de la sorte, qui plus est lorsqu’elle est largement disponible en texte intégral sur la toile. Ce n’est pas vraiment la meilleure des façons de faire découvrir Ronsard que de mettre en ligne quelques morceaux d’oeuvres assortis des commentaires désuets de Sainte-Beuve.

“Ce sonnet, est un peu alambiqué ; mais tout le second quatrain est délicieux, surtout le vers Sinon d’autant qu’il te plaist de l’aimer. Il respire une sensibilité molle et naïve.”

J’avais naïvement pensé que le prestataire de la BnF ne tomberait pas, lui, dans le travers qui consiste à ne pas signaler d’emblée de quelle édition il s’agit en matière de livres électroniques. Honnêtement, si je l’avais vu, je n’aurais pas dépensé deux euros.

Dans mon élan, j’avais repéré aussi deux oeuvres de Loti, qui figurent dans cette même collection. Malheureusement, lorsque j'ai regardé il y a une dizaine de jours, elles étaient indexées tantôt à son nom de plume, tantôt à son vrai nom : Aziyadé était à Viaud, Pêcheur d'Islande à Loti sans qu'aucun renvoi ne signale que les oeuvres sont du même auteur. La correction a été effectuée depuis sur la plupart des sites, même s'il reste encore quelques scories, mais je me suis dit que je m’en tiendrai là en matière d’achats à BnF-partenariats.

Quand on prétend que la collection est le "fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs", que "BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés", on s’attend à beaucoup mieux et la désillusion est grande à l’arrivée.

Il est vraiment dommage que le prestataire mette en ligne un si médiocre travail, engageant le nom de la BnF et ne reflétant pas la qualité du travail de ses agents qui sont, eux, attachés à l’excellence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire